Thuis
Contacten

    Hoofdpagina


The advantages of a diary are great

Dovnload 3.64 Mb.

The advantages of a diary are great



Pagina19/30
Datum25.10.2017
Grootte3.64 Mb.

Dovnload 3.64 Mb.
1   ...   15   16   17   18   19   20   21   22   ...   30
Mt? Lardner by Jamieson" ter kerke ging, maar dat dit werd afgeschaft toen de kerk te arm werd ” om een clerk te betalen, In Engeland geschiedt het overal."

"Zaterdag avond was er concert en bal in Zandvoort, waar Jan Six en " Herman my wilden meetronen, maar ik weigerde, omdat het zien van jonge " meisjes my verveelt, dewijl ik dan nog meer dan anders jou gezelschap " mis. Het bal leverde iets zeer belangrijks op. Jan Six nam namelijk de " gelegenheid waar om zich aan Cateau Berkhout te declareren. Ik denk dat " de affaire heden klaar komt en het huwelijk in Februari zal gesloten " worden. Jan kan evenals Caesar zeggen ÇVeni,vidi,vici. (En ik had Lore " al 15 jaar lief! )

Ik eindig myn brief met een lang verhaal over The Heir of Redcljrffe van de destijds 19-jarige Mss Young, dat ik natuurlijk beeldig vond en niet zonder tranen had kunnen lezen. Ook Henrick, die het na my las, was bitter aangedaan en Herman kon het tweede deel niet eindigen omdat het hem te zenuwachtig maakte. Ik geloof dat Louise Nepveu een der weinigen geweest is, die onder de lectuur geen traan gestort heeft. Veel later vernam ik dat de roman een ware geschiedenis tot grond had en dat Amy met een ander trouwde, hetgeen iedereen zeer in haar tegenviel.
/Z 3 à

/2>y

/13$


Piet Six, die destijds te Ostende zyn hof aan Louise Huydecoper maakte, schreef my desperate brieven. That poor fellow was alwqys énamourée^ of the moon.

Drie dagen nadat ik Lgre op S.enB. had teruggezien, schreef zy aan Agnes, die in Parijs by Charles Labouchere logeerde, en daaraan ontleen ik het volgede:

" Le genre de vie, que je mène à présent, est tellement diffé- " rent de celui de Paris qu’il me semble quelquefois que je rêve. Au ” fond je suis bien méchante, mais c’est que je me sens languissante et " ennuyée; c’est tout bonnement du heimweh après mon mari,avec qui j’ai " eu tant de plaisir Samedi et Dimanche. Now everything looks dull and " unpleasant, et j’aimerais pouvoir dormir jusqu’au 15 Sept.et ne me ré- ’’ veiller qu'alors. C’est bien mal à moi, mais tu ne sais pas comme c’est " dur et triste d’être toujours séparée pour si longtemps de celui qu’on " aime. C'est comme un verre d'eau qu’on vous met à la bouche lorsqu’on " a soif et que l'on retire pour peu que l’on y mette ses lèvres."

Ik had my gevleid dat Tante van Loon my zou toestaan na 14 dagen op S.enB. terug te komen, nu ik 6 weken geduld hafl moeten hebben, maar er was geen kwestie van. ’t Is raadselachtig dat zy niet zag hoe haar kind er onder leed, en o! hoe zou zy voor goed myn hart gewonnen hebben indien zy my eens apart genomen had en my had gezegd:"Kom over 14 dagen terug, maar zeg het Caroline niet, het moet een surprise voor haar blijven!" Tante Voombergh zou 80 iets liefs bedacht hebben, maar alwie Tante van Loon gekend heeft, zal my toegeven dat zy tot zoiets niet in staat was, enik geloof dat de afkeer van my te grot^ was om een pleiziertje voor Lore te bedenken.

Zaterdag 25 Aug schreef Lore opnieuw aan Agnes en deze brief is zo mogelijk nog melankolieker dan de vorige: "Willem et moi nous ne parlons

" que de Paris et repassons tout dans notre esprit. Il a une terrible " envie d’y retourner et si cela ne tenait qu'a lui il y serait demain.

" Pour moi je ne suivrais pas son exemple, mais resterais tranquillement " ici for Maurice*s sake. Depuis que j'ai vu son immense bonheur en me " revoyant et que j’ai appris les angoisses et les inquiétudes qu'il a " éprouvées pour moi pendant mon absence, j’ai décidé que je ne partirai " plus pour aussi longtemps. Ce n'est qu'à présent que j’ai compris com- " bien mon départ lui a coûté, et sa joie en me revoyant m’a fait com- " prendre combien il a dû souffrir et de ma longue absence et de la gran- " de distance qui nous séparait. Vraiment, malgré mon goût pour les voya- ” ges je consentirais volontiers ê rester a la maison pour tout le reste " de ma vie si ma présence peut contribuer à son bonheur. Et il m’aime " tant que ce serait égoïsÿe de ne pas sacrifier quelquecftose pour lui. "Pardon de te parler si longtemps de mes propres intérêts, mais c'est que " j'ai le coeur encore tout rempli de ce que j’ai appris petit à petit,

" que mon cher Hussy a été complètement malade physiquement et moralement,

" et s'il ne m’en a pas écrit un mot c’était pour he pas troubler mon " plaisir et me faire moins jouir. N’est-ce pas aimable et l'aimes-tu " un peu 7*

(Piet Six vooral was zé geschrokken toen ik was flauw gevallen en daarna gehuild had van heimwee naar Lore, dat hy een en ander aan haar had verteld, en Lore had van lieverlede wel begrepen hoe bitter ik geleden had,)
"A présent je languis tellement après lui, notre vie étant si mono- " tone que cette semaine me parait au moins en être trois, Bt je m'effraie " en pensant qu'il me faut encore trois fois passer par ce même espace de n temps avant de le revoir. C’est si long quand on s'aime tellement et je " m'épouvante en pensant dat het hoogst denkelijk nog jaren duren kan.




" Dat is verkeerd van my, want ik ben heel gelukkig en heb er waarlijk " reden toe. Ook weet ik dat God, die alles ten beste schikt, ons wel al- " les ter rechter tijd zal geven, en toch kan ik niet helpen angstig te " zyn en dikwijls te geloven dat het nooit gebeuren zal en dat één van " ons beiden vóór die tijd zal sterven of dat iets anders het verhinderen " zal. Dat zyn de ogenblikken van zwak geloof en die heb ik de laatste " tijd veel meer dan vroeger. C'est bien ingrat de parler ainsi à toi,
/* 90

/2Y/

reme.

/zyx


" car quand je pense â toi c'est toujours pour te souhaiter un sort égal " au mien. C’est si doux d'aimer et d'être aimé avec une telle force et " une telle passion comme Maurice en éprouve pour moi. How it is possible n to love me so begrijp ik niet, mais je me garde de ftfrmer mes yeux â la " réalité, cette réalité étant si précieuse. C'est toi que je voudrais " voir aussi heureuse que moi, et tu vois que je pousse l'ingratitude

" aussi loin que de me plaindre!

't Is jammer dat Lore's moeder die brief niet onder ogen kreeg; misschien zou dit haar vermurwd hebben. Even vreemd is het dat Lore’s zusters niet voor ons intercedeerden. Eerst een jaar later, in '56, waagde Lore het zelf haar moeder te smeken ons te vergunnen elkaar om de drie weken te mogen zien, maar toen was het te laat, daar ik 4§- maand buitenslands moest blijven !

Ik wil nu het een en snder aanhalen uit een brief van Maria, die vro- lijker gestemd is dan die van Lore:

"Paris,Hotel Bergère, Mardi 27 Août 1855.

"Mertfi bonne petite Veuve de ta bonne lettre; je bent zo'n lief apenkopje " om my zo spoedig te antwoorden. Me voilà déjà à Paris depuis six jours,

" et 11 me semble que nous y sommes déjà depuis quinze jours, pas parce " que nous voyons tant de choses, oh que non! car nous ne faisons encore

" que perdre notre temps mais c'est que nous voyoné tous les jours

" si souvent les mêmes rues que j'ai l'impression de vivre beaucoup plus " longtemps.

"Voilà que Dimanche soir me penchant hors de la fenêtre je vois une " belle voiture ouverte vide attelée d’un cheval blanc et d'un autre brun.

" Je m’écrie:" Voilà les Evans!" et nous nous attendons à les voir entrer, " mais pas du tout. Aujmoment nous voyons Mad.Agnes, Mr Thomas et David " Copperfield ressauter dans la voiture et partir au grand galop. N’était- " ce pas vexant? Imagine-toi que ce stupide portier avait nié nous con- " naître, il leur avait même montré le livre, mais comme Elout ne s'était " inscrit que sous le nom pompeux de Soeterwoude et que les Evans avaient " l'ignorance impardonnable de ne pas epnnaître cette ancienne baronie!!!!

" on les a Renvoyés et j'ai manqué cette délicieuse occasion de faire " peut-être un tour dans le Bois, ce que je prévois maintenant que nous ne " ferons plus. Le lendemain nous nous rendions chez Mme Antoine Labouchere

" pour voir passer la Reine d'Angleterre à son départ. Le train était

" éblouissant de beauté mais comme la Reine causait avec l'Bnpereur, je ne " pus voir que son chapeau et celui de la princesse. Là-dessus nous cou- " rûmes chez les Evans et les vîmes tous les trois." (Hoe heerlijk! )

" Théodore me serrait la main dans les siennes avec une tendresse vraiment " touchante," (Hoe veel heerlijker !!) "et me demandait avec un véritable ” intérêt les dernières nouvelles de S.enB. (Hoe allerheerlijkst !!)

" Plus question de diner ou de faire des tours avec eux, car Mr et Mme

" partiront demain pour l'Allemagne; 't is al te jammer; ik had een beetje

" gehoopt dat Théodore hier vanavond zou gekomen zyn, maar het schijnt " dat hy voor zo'n goujou als wy zyn bedankt. Nous allâmes à l'Exposition " et ensuite à Clichy, où l'on nous invita à diner pour demain....

" J'ai été interrompue par une longue visite de Théodore qui était " parfaitement gentil et aimable et prétendait être très triste de ne pas " être en Amérique pour pouvoir drive me about dans sa petite voiture;

" dat had ik ook heel aardig gevonden. Ik heb hem zien wegrijden met zyn " neef naast hem, zodat die arme jongen daar heeft staan wachten, totdat " Oomlief goed vond om weg te rijden.

1   ...   15   16   17   18   19   20   21   22   ...   30

  • arm
  • /2>y
  • 7*
  • Bt
  • /* 90

  • Dovnload 3.64 Mb.